• Bienvenue en Absurdie …

    Éclipses japonaises de Eric Faye (Éditions du Seuil); 280 pages

    Bienvenue en Absurdie …

    Vous le savez certainement, je m’intéresse peu (voire pas du tout) à ce barnum qu’on appelle  « rentrées littéraires » (septembre et janvier), ne trouvant aucun intérêt au fait de lancer des livres comme on lance une collection de vêtements. Et je ne m’intéresse pas plus aux avis des critiques littéraires professionnels, aux goûts souvent éloignés des miens.

    Et pourtant c’est en entendant (sans vraiment écouter) un de ces critiques, qui justement évoquait de la rentrée littéraire 2016, que ma curiosité pour Éclipses japonaises s’est éveillée. Un roman qui parlait de la Corée du Nord, ça pouvait s’avérer intéressant !  J’ai donc patienté plusieurs mois avant d’en disposer enfin à ma médiathèque (rang 4 en réservation, c’est dire qu’il a effectivement fallu être patiente !). Autant vous dire que j’en attendais donc tout de même beaucoup ! Et je n’ai pas été déçue.

     Eric Faye part de faits réels (la disparition inexplicable de citoyens japonais durant les années 70/80, retrouvés bien des années plus tard…en Corée du Nord ; la disparition aussi d’au moins un soldat américain à la frontière entre les 2 Corée) pour bâtir les histoires croisées de plusieurs personnages, tous victimes du régime probablement le plus inique du monde.

    Car qu’il s’agisse de ces Japonais (jeunes, moins jeunes, éduqués ou pas, hommes et femmes)   enlevés dans leur pays ou de ces Nord-coréens endoctrinés dès l’enfance, tous sont finalement prisonniers de la folie paranoïaque d’une toute petite nomenklatura prête à tout pour faire perdurer sa mainmise sur une population et un Etat exsangues.

     En imaginant leurs vies, leurs destins croisés, l’auteur nous dresse le portrait d’un pays et d’un système qui broient tout le monde, adultes comme enfants, citoyens persuadés de la grandeur de leur dirigeant comme habitants qui ne cherchent qu’à survivre. Il nous démontre aussi la capacité qu’ont certains de survivre malgré tout (enlèvement, séparation, enfermement, faim, isolement, …) ;  ceux-là vont réussir à construire un semblant de vie de famille, un semblant de sécurité et de bonheur.

    L’écriture, elle, est fluide, particulièrement agréable à lire, et la manière distanciée choisie par l’auteur pour nous conter cette histoire rend d’autant plus irréaliste et pourtant tout à fait plausible (car tirée de faits réels) le destin de ses protagonistes. On passe par tous les sentiments au cours du récit : étonnement, surprise, incrédulité, incompréhension, espoir, dégout, colère, pitié, tristesse.  Par moment on se surprend même à sourire, par exemple quand on découvre ce soldat américain devenu acteur dans des films de propagande. Bienvenue en Absurdie…

    Vous l’avez compris j’ai particulièrement apprécié ce roman d’un auteur que je ne connaissais pas du tout, et je vous le recommande vivement, que vous vous intéressiez (comme moi) au sujet de la Corée du Nord, ou pas.

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :