• Drôle, touchant, réaliste, nécessaire

    Patients de Grand Corps Malade  (Éditions Don Quichotte) ; 168 pages

    Drôle, touchant, réaliste, nécessaire

    Avec Patients, nous entrons au sein d’un centre de rééducation pour handicapés et grands brûlés, dans lequel Fabien,  tétraplégique « incomplet », va nous faire vivre avec lui durant de longs mois.

    Nous allons y croiser de nombreux personnages, parfois de loin, parfois de plus près. Soignants,  malades, familles, se côtoient et vivent côte à côte, à la fois très proches et très éloignés les uns des autres. Très proches dans les gestes du quotidien, avec un promiscuité qui dérange et qui choque, car bien pire qu’en prison par moment. Très éloignés car les malades n’ont quasiment aucune relation physique : se serrer la main, s’épauler, s’entraider physiquement est impossible pour presque tous.

    Les amitiés réelles semblent rares, ou éphémères,  dans ses lieux ou les relations physiques et les rapprochements se limitent la plupart du temps à des actes techniques.  Les patients se croisent beaucoup, se connaissant finalement assez peu. Et puis comment créer du lien et du liant quand du contact réel il n’y en a pas, ou si peu ? Mais finalement, petit à petit,  Fabien va réussir à en tisser, des liens, car de totalement invalide, il va lentement mais surement progresser : bouger une infime partie de son corps, puis un peu plus, et un peu plus encore … et au même rythme il va nous faire découvrir ses compagnons, non pas de cellule (quoique parfois on pourrait se demander), mais de chambre, de couloir, de soin, de galère aussi. Il va nous raconter la hiérarchie inavouable (tétraplégiques, paraplégiques, traumatisés cérébraux, grands brûlés, …), les comportements intolérables (« il est à qui ce tétra » ?), les quasi abandons par certaines familles inexistantes.

    Mais tout cela il va le faire sans aucun pathos, aucune pitié. Ses armes : humour, détachement, réalisme (qui pourrait passer pour du cynisme par moment). Un humour décapant, qui heurte autant qu’il fait rire (la blague du chauffeur de bus est terrible). Un détachement qui permet  de raconter avec naturel les moments les plus difficiles et déshumanisant (le passage aux toilettes).  Un réalisme qui nous fait découvrir certains aspects de la vie des handicapés dont personne ne parle jamais ou presque (les escarres et leurs conséquences…).

    Grand Corps malade possède une vraie plume, ça on le savait déjà. Mais il est aussi un vrai écrivain et pas juste un auteur compositeur ;  un écrivain capable d’aller au-delà de 3 à 4 strophes pour nous proposer un vrai roman au style maitrisé de la première à la dernière ligne, dépouillé, simple, net et précis. Un roman touchant et nécessaire.

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :