• Condor, de Caryl Ferey (éditions Folio Policier), 512 pages

    Noir c'est noir ...

     

    Ma note : 4,5/5 cool

    Ambiance : aww

    Pour : les amateurs de polars noirs et de romans sociétaux /politiques

     

    Tout d’abord, merci à Livraddict et aux éditions Folio de m’avoir offert ce roman, le 2eme de Caryl Ferey que je lis.

    Ici il est question de morts qui n’intéressent pas grand monde : des gamins d’un quartier pauvre de Santiago du Chili. Pas grand-monde à part un prêtre au grand cœur, un ancien proche de Salvador Allende survivant des purges de Pinochet, et une jeune femme Mapuche. Ensemble ils vont faire appel à un avocat, fils de grands bourgeois chiliens mis aux bans sa famille, et vont mener  une enquête qui fera ressurgir des sujets datant de la période noire de l’histoire du pays.

    Caryl Ferey va donc utiliser le récit pour brosser le portrait d’un pays qui n’en a pas fini avec son passé récent, un pays déchiré entre très grande richesse et grande pauvreté, et dont les dirigeants ont préféré mettre un voile pas si pudique que ça sur les actes commis durant les années Pinochet. 

    L’histoire est  dure, âpre, sans fards ni fioritures. La galerie des personnages proposés est riche et balaie l’ensemble de la société chilienne : gosses des rues, gosses de riches, minorités exclues du pouvoir, minorité régnant sur la politique et l’économie, anciens ayant vécu le coup d’État de Pinochet dans un camp ou dans l’autre, ayant été torturés ou ayant torturé. Les personnages eux-mêmes sont complexes, et à quelques exceptions, tout en nuance, jamais ni tout blancs, ni tout noirs. Tous portent leur part d’ombre et de violence, retenue ou exprimée.

    Comme dans Zulu, l’auteur nous embarque avec lui dans une intrigue qui monte en puissance, en tension, avec un rythme maitrisé, qui va crescendo. La brutalité des mots, des actes, des gestes est omniprésente, ainsi que le passé du pays, qui sans cesse est rappelé (par petites touches ou flash-back plus longs). Les sentiments naissent, ou se réveillent, lentement d’abord, puis avec de plus en plus de virulence, jusqu’aux affrontements ultimes, qui s’enchainent, se percutent, se chevauchent.

    Encore une fois j’ai adoré l’univers de Caryl Ferey, qui imbrique histoire, social, politique et polar, un univers sans concessions une fois encore, même si le niveau de violence est un peu en deçà de celui présent dans Zulu (enfin, c’est mon ressenti). Encore une fois je vous recommande donc cette lecture ! Quant à moi, 2 autres romans de Ferey m’attendent dans ma MAL, il n’y a plus qu’à…

    Pin It

    votre commentaire
  • Les putes voilées n’iront jamais au paradis, de Chahdortt Djavann (éditions le Livre de Poche), 216 pages

     

    Ma note : 4/5    yes

    Ambiance du livre  aww

    Pour : public un peu averti (vocabulaire crû, scènes violentes)

     

     

    Dès le titre on sait que dans ce court roman les mots de seront ni mâchés, ni édulcorés, et que l’auteure ne sera ni politiquement correcte, ni diplomatiquement policée.

    Et effectivement, très très vite, on se retrouve enseveli  sous la violence des mots et des actes, la brutalité des termes et des coups. De la première à la dernière page il n’est question que de cela : au mieux indifférence et irrespect, au pire, haine, mépris, viols, moqueries, meurtres. Chahdortt Djavann nous emmène en Iran, un Iran  rétrograde, sale et kafkaïen, qui maltraite ses filles et ses femmes en faisant d’elles des sous-citoyennes de peu de valeurs.

    Car derrière la vie de ces prostituées payées, huées et assassinées, c’est bien de l’image de la femme dont il est réellement question dans ce livre.  Vues des Iraniens (notamment des mollahs, ces religieux qui régentent tout et tout le monde, mais pas que), une femme n’est rien, ou pas grand-chose.

    Ou plutôt si… Ce sont des possessions (comme un tapis, un vase ou un paquet de cigarette), vendables et échangeables, jusqu’à ce qu’on ne puisse faire qu’une seule chose : les jeter (au sens propre !)  Car trop souvent  « utilisées ». Le père possède la fille, le mari possède la femme, le proxénète la prostituée et l’État le droit de vie et surtout de mort …

    Dans ce pays, être belle est un malheur car la beauté, même cachée sous un voile, finit par se repérer, et alors on peut vite être vendue par un père qui veut éloigner tout risque de déshonneur  (attirer le regard des hommes est une honte dont une gamine de 9 ans, 10 ans, 12 ans, est forcément la seule responsable), tout en espérant une bonne rétribution. Etre laide, ou jusque quelconque,  est aussi un terrible malheur, car alors (même voilée) aucun homme ne veut vraiment de vous et pour survivre,  le seul  choix qui reste, c’est la prostitution.

     Dans ce pays tel que décrit par l’auteure, le  rapport au sexe -et avant cela la vision des relations  entre hommes et femmes- posent de terribles questions. La notion de viol n’existe pas, celle de pédophilie semble floue (marier une fillette de 10 ans semble anodin), quant à parler de plaisir…

    Une question se pose toutefois à la lecture : tous les Iraniens sont-ils des monstres ? Toutes les Iraniennes des victimes ? Car dans ce roman, tous les hommes sans exception sont décrits comme frustres et frustrés, les femmes « bien » (comprenez celles qui se taisent et courbent le dos) comme aigries et jalouses ; quant aux mollahs, ils profitent du système en leur faveur, en faisant preuve d’une hypocrisie sans nom. Mais est-vraiment le cas ? Ou bien un trait forcé pour nous permettre de comprendre une réalité qui nous semble à nous, occidentaux, impossible et impensable ?

    Quelle que soit la réponse, le roman est un coup de poing et un hurlement adressé à ceux qui le lisent, un roman à lire d’urgence si vous avez le cœur bien accroché, et à fuir si vous craignez le langage crû et la description d’actes parfois très violents.

    Pin It

    votre commentaire
  • Grossir le ciel,  de Franck Bouysse (éditions le Livre de Poche), 240 pages

    Sombre, noir et envoutant

     

    Ma note perso : 5/5  !! cool

    Ambiance : erf

    Pour : amateurs de romans noirs

     

    Ce roman avait tout pour me déplaire : court, lent, avec peu de personnages, se déroulant en milieu rural. Et pourtant …

    Et pourtant  il a suffi de quelques pages pour que je me retrouve embarquée dans l’histoire de ce paysan isolé dans les Cévennes, vivant chichement de sa ferme. Un paysan solitaire qui ne s’intéresse qu’à ses terres, ses animaux, qui n’a de lien avec personne excepté son voisin (un autre paysan solitaire comme lui, taciturne comme lui, juste un peu plus âgé), et son chien (qu’il semble aimer bien plus que la plupart des humains) . Un paysan qui connait par cœur les moindres bruits et traces de son coin de montagne, et qui un jour va être surpris, par un bruit différent, des traces qui sortent de l'ordinaire. Ces petites choses vont titiller sa curiosité et le faire sortir d'un quotidien bien organisé, plutôt terne, mais qui jusqu’ici semblait lui convenir.

    Voici le point de départ d’un récit, qui, comme un puzzle dont les pièces s’assemblent lentement pour former une image précise, va petit à petit dévoiler les non-dits, faire revenir en surface les souvenirs plus ou moins enfouis. Ce puzzle va nous dévoiler des vies durant lesquelles la violence côtoie le silence, et le sordide les plus beaux des sentiments. Et tout comme ces puzzles que nous assemblons sans disposer du modèle, à l’aveugle, c’est seulement avec les toutes dernières pièces, les toutes dernières pages, que nous pourrons découvrir l’image finale, comprendre l’histoire dans sa totalité.

    Derrière la brutalité des faits décrits, ce roman se révèle finalement d’une incroyable finesse. Il laisse lentement apparaitre les différents éléments qui constituent sa trame, sans changement de rythme, sans accélération ni réels rebondissements, mais par touches successives, détails après détails. Nous sommes vraiment très loin d’un page turner, et pourtant il réussit à accrocher et vous emmener avec lui, car vous tenez à comprendre le pourquoi du comment, les tenants et aboutissants de tout ceci. Comme Gus, vous allez vous interroger, piétiner, faire du sur place, croire que… , et ce jusqu’au dénouement.

     La plume de l’auteur apporte aussi beaucoup. Elle est très particulière, assez unique, maniant les mots avec une justesse étonnante. Les expressions et tournures de phrases, qui paraissent de prime abord particulièrement bruts et sans fards, sont en fait choisies avec soin pour nous décrire les relations entre les personnages, et bien nous faire comprendre la vision qu’ils ont du monde et de leur vie. Une plume à part, qui peut déranger, déstabiliser, repousser ou vous prendre au piège de son étrangeté, ce qui fut mon cas.

    Vous l’avez compris, j’ai adoré ce roman sombre et sobre, que je vous recommande donc vivement !

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Blanche neige doit mourir de Nele Neuhaus (Éditions Babel Noir) ; 528 pages

    Bienvenue dans le monde merveilleux des petits villages

     Ma note : 4,5/5   yes

     

     

    Ambiance : ouch

    Pour : amateurs de policiers de facture classique

     

    Voici donc le deuxième roman (chronologiquement) de Nele Neuhaus, le 5eme lu pour moi de cette auteure que j’apprécie tout particulièrement pour son mélange de classicisme dans le style et les personnages qu’elle nous propose,  et de modernité dans l’intégration de faits de société dans ses intrigues.

    Ici il est question du retour de Tobias dans son village natal. Un retour compliqué  car Tobias revient après dix années passées en prison pour le meurtre présumé de deux jeunes filles dont on a jusqu’alors jamais retrouvé les corps.  Tobias qui depuis dix ans clame son innocence : non il n’a pas tué, non il n’a pas caché les corps. Autant dire qu’il n’est pas le bienvenu,  d’autant plus que tous ont des raisons plus ou moins avouables pour le rejeter !

    Peu après deux évènements se produisent : la découverte d’un corps ancien, et l’agression de la mère de Tobias.  L’enquête sur le corps de la jeune fille découverte dans le béton d’un chantier va être confiée à Pia et Oliver, qui, par leurs questions dans  leur recherche du meurtrier (qui pour eux seuls n’est pas forcément Tobias !)  vont être les détonateurs d’un feu couvant et  n’attendant que d’être ravivé.

    Le thème principal du roman tourne autour de cette hypocrisie des petits villages et petites villes dans lesquelles il semble faire bon de vivre, avec des voisins qui s’apprécient, s’entraident, se protègent les uns les autres ; un faux semblant qui cache en fait des  jalousies, des rancœurs, une  avidité qui ne demandent qu’à surgir dès lors qu’un évènement vient bouleverser ses petites vies tranquilles.

    Nele Neuhaus sait parfaitement décrire cette déliquescence progressive des relations,  le doute qui ronge peu à peu des amitiés vieilles de plusieurs années,  les masques qui tombent les uns après les autres, mettant à nu les failles, les non-dits, les mensonges, voire les trahisons.

    Elle nous parle aussi de quête de rédemption, d’erreur judiciaire (en est-ce une ou pas ?), de droit à l’oubli et au pardon, finalement impensable et impossible dans ces lieux où tous se connaissent et se côtoient depuis très (trop ?) longtemps.

    J’ai particulièrement aimé ce roman  avec son enquête fouillée et son écriture qui traduit parfaitement cette ambiance qui s’alourdit progressivement jusqu’à devenir étouffante. Avec l’accélération progressive du récit on passe de manière très réussie de la description d’un village très « old school »,  similaire à certains débuts de séries anglaises se déroulant dans la campagne londonienne, à une course poursuite contre le temps et une lutte contre le climat de violence sauvage qui s’installe et pourrait mener au pire pour certains des personnages.

    Pour moi, avec Les vivants et les morts (son dernier livre paru en France), Blanche neige doit mourir est le meilleur opus proposé par l’auteure, et je vous le recommande donc vivement !  

    Pin It

    votre commentaire
  • Persona (les visages de Victoria Bergman tome 1) de Erik Axl Sund (Éditions Babel Noir) ; 480 pages

    Folie noire …

    Si vous aimez les histoires gaies, les romans plein d’entrain ou bien les policiers de type page turner  « gentiment » violents mais surtout très marketés et rapidement efficaces, passez votre chemin, car vous ne trouverez rien de cela dans Persona

    Normal me direz-vous, ce sont les éditions Babel noir ! Certes, mais même moi qui lis et apprécie thrillers, polars et autres romans noirs de toutes sortes, j’ai trouvé ce roman particulièrement dur !

    Les thèmes d’abord : pédophilie, schizophrénie, meurtres violents, tortures, enfants soldats, tout y est ou presque du plus glauque et du plus malsain que l’humain soit capable d’être,  d’imaginer et de perpétrer.

    Les personnages ensuite : Jeannette et Sofia semblent solides et fortes, des professionnelles reconnues pour leurs compétences de flic et de psychothérapeute,  mais s’avèrent en fait assez vite perdues, doutant de leurs choix, de leur vie, de leurs métiers. Victoria Bergman, elle, est un mélange détonnant de fragilité et de violence.  Les hommes sont relégués au loin, dans des seconds rôles qui ne les mettent pas en valeur (c’est le moins que l’on puisse dire). La plupart sont au choix ou simultanément veules, lâches, stupides, méprisants, misogynes, violents, sans éthique, monstrueux. On sent bien que ce sont les femmes du roman qui les perçoivent ainsi, prisme déformant ou bien triste réalité ?

    Le style lui est au service de cette noirceur avec une écriture froide, saccadée, sans rondeur, glaçante comme le récit. Entendons-nous bien, il n’y a pas  particulièrement overdose de scènes crues, ultra violentes, mais plutôt de la suggestion, des sous-entendus, une sorte de clair/obscur,  qui ne laissent toutefois aucun doute sur ce qui se passe. Un effet probablement recherché et parfaitement adapté aux thèmes développés, le but étant clairement (à mon avis) de placer le lecteur dans une position dérangeante, de bien lui faire sentir et vivre la peur, la solitude et le désenchantement de certains personnages, la folie et le détachement des autres. De tout cela ressort un mélange étonnant et déroutant de lenteur par moment exaspérante et de tension  bien présente malgré tout, qui donne envie de connaitre la suite, d’être bien certain que l’on a compris ce que nous laissent entendre  les auteurs.

     Bref, un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, et qui ne peut pas laisser indifférent, le début d’une trilogie dont tous les tomes doivent être lus impérativement si l’on veut aller jusqu’au bout de l’histoire.

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique