• Que c’est bon un Grangé de ce niveau !

    Congo Requiem  de Jean Christophe Grangé (Éditions Presses de la Cité) ; 736 pages 

    Que c’est bon un Grangé de ce niveau !

    Nous voici, avec cette suite du très bon « Lontano », de retour au cœur du clan Morvan et de son histoire, avec une plongée dans le passé africain de Grégoire, le patriarche.

    Nous partons avec lui  et son fils Erwan dans une Afrique centrale dangereuse, sanglante, brutale, primitive, pleine de bruits et de fureur. Et simultanément nous suivons Loïc et Gaëlle dans leur périple européen, lancés aux trousses d’un tueur particulièrement tordus.

    Nous retrouvons donc la noirceur inhérente à tous les romans de Grangé, qui nous décrit ici un continent à la dérive et des pays qui s’enfoncent dans une violence sans fin ;  les uns et les autres utilisent des prétextes politiques pour massacrer, violer, mutiler, et surtout s’enrichir sur le dos des populations. Des conflits  présupposés  inter ethniques n’ont en fait de sens que si on les observe vu de la course aux ressources rares cachées dans des parcelles d’une jungle immense. Et si les  massacres à coup de machette ou de casse tête –Afrique oblige-semblent rendre les actes plus terribles, le mobile du crime est et demeure toujours le même : l’argent !

     La violence est aussi présente, et largement, en Europe,  en France, face à Loïc et Gaëlle ; une violence qui peut paraître moins brute mais n’en demeure pas moins d’une grande sauvagerie et finalement guère plus « civilisée ».  

    Ce Congo Requiem ne respire donc ni l’optimisme ni la joie de vivre,  mais c’est dans ce contexte que les Morvan font finalement réussir à mieux se comprendre, en découvrant le passé de leur père, de leur mère,  et à faire corps pour se défendre des coups portés par un tueur fou et retors.

    Avec ce roman, comme avec Lontano, j’ai enfin retrouvé le Grangé percutant et emballant des Rivières pourpres , avec son style rapide, fluide et efficace,  un récit qui vous prend et vous embarque de la première à la dernière page (et mine de rien cela compte quand on lit un pavé qui en comporte 800 !) , des personnages complexes et intéressants ; avec un plus un lien vers une actualité que nombre de personnes ignorent : le pillage des ressources rares en Afrique, qui fait en plus la richesse de trafiquants en tous genres.

    Et retrouver un Grangé au meilleur de sa forme ou presque, franchement cela fait un bien fou quand on a été fan des premiers jours  (et tellement déçue ensuite par plusieurs de ses romans !  )

    Vous l’avez compris je vous recommande chaudement ce roman, qui est à lire obligatoirement après Lontano !

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :