• Les pluies de Vincent Villeminot  (Editions Fleurus) ; 338 pages

    Un roman  « Young Adult » réussi !

    Dans ce roman « young adult », la pluie tombe sans fin et cinq enfants et adolescents se retrouvent seuls, au milieu des flots qui détruisent tout. Ils vont devoir se battre, pour survivre d’abord, puis pour rester ensemble malgré tout.

    Je ne suis pas forcément une adepte du genre, mais il faut tout de même admettre que certains de ces romans sont de très bonnes surprises, et celui-ci en fait partie.

     Le récit tout d’abord est diablement efficace, avec un rythme parfaitement maitrisé ; cela va vite, très vite, de plus en plus vite, sans fioriture mais avec réalisme. Les éléments les plus violents sont bien présents, même si édulcorés pour certains (ou plutôt adaptés à l’âge moyen des lecteurs potentiels) : meurtres, phénomènes de foule, violence, pillages, …Les scènes sont franchement bien décrites, sans fioritures, réalistes, qu’il s’agisse de l’eau qui monte, de la foule en attente de porte de sortie, des paysages transformés (difficile d’être plus précise sans spoiler, ce que je me refuse à faire !), ou bien des affrontements parfois inévitables entre les héros et ceux qui veulent les stopper, les voler, les éliminer.

    Comme dans toute situation de crise, l’auteur propose la palette complète des réactions humaines : ceux qui vont aider, ceux qui vont profiter, ceux qui vont magouiller, ceux qui vont vouloir dominer, ceux qui vont se laisser dominer pour survivre. Les protagonistes principaux ont leurs spécificités propres, certes pas toujours subtiles, mais il s’agit d’enfants et adolescents, qui doivent se débrouiller, donc cela reste tout de même crédible (à l’exception peut-être de Kosh, quasi parfait dans son rôle de grand frère protecteur et « droit dans ses bottes »). J’ai particulièrement apprécié que Vincent Villeminot nous épargne ce que l’on retrouve bien trop souvent dans ce genre : les atermoiements rose guimauve de certains personnages. Ici, ils agissent. Ils doutent parfois, bien sûr,  mais sans que cela s’étale sur des pages et des pages.

    Alors oui, ce n’est pas de la grande littérature, oui on se doute un peu que les scènes d’action devraient globalement se finir dans le bon sens, et oui il y a par moment quelques petits raccourcis faciles, mais il n’empêche que cela fonctionne,  que ce roman se lit d’une traite, sans reprendre son souffle, et que pour moi, c’est une réussite ! Alors vivement le tome 2 !

    Pin It

    votre commentaire
  • Vostok  de Laurent Kloetzer   (Editions Denoel) ; 432 pages

     

    Quel ennui …

    lecture numérique !

    Dans ce roman d’anticipation, il est question d’une jeune fille, Léo, sœur d’un chef de gang sud américain (Juan), qui va devoir suivre celui-ci et certains membres du gang jusqu’à Vostok, base polaire perdue loin de tout, à la recherche d’une hypothétique bactérie.

    J’attendais beaucoup de ce roman et autant dire que j’ai été particulièrement déçue. Je me suis profondément ennuyée, et avoue avoir lu les 100 dernières pages très vite et sans aucun plaisir.

    Les personnages m’ont parus stéréotypés : le chef de clan violent mais intelligent ; la petite sœur un tantinet rebelle face à ce grand frère, mais pas tant que ça tout de même, et toujours bienveillante malgré tout ; celui qui obéit au chef mais finit par douter et remettre en question ; celle qui vénère le chef mais qui, ancienne droguée, va retomber dans ses travers ; le scientifique russe prêt à tout pour défendre ses recherches, etc etc. Ils sont tous fini par m’horripiler plus ou moins, sans jamais m’intéresser.

    Le récit m’a semblé long, très long, très très long, avec certes des rebondissements, mais tellement attendus qu’on ne peut franchement pas les appeler des surprises. Les descriptions de ce monde de froid et de glace sont effectivement réussies, et nous transportent bien dans cet environnement si particulier, mais jamais je n’ai eu le sentiment d’y être vraiment, pas plus que je ne me suis sentie vivre ce que vivaient les personnages. Je me suis contentée de suivre leurs péripéties sans ressentir quoi que ce soit ou presque.

    Les éléments de science fiction, eux,  n’ont pas été, pour moi, ni suffisamment expliqués, ni suffisamment exploités, notamment cet étrange personnage du ghost, qui aurait mérité bien mieux qu’une simple présence résiduelle. Pas grand-chose sur ce qu’il est vraiment, sur l’intérêt de sa présence pour Léo et pour l’intrigue. Vendre ce roman comme un roman de science fiction me semble tout de même limite, car oui, on se trouve dans le futur (assez récent), mais franchement les aspects « anticipations » sont -pour la lectrice de SF que je suis- tout de même bien trop ténus pour qu’on puisse les mettre en avant. Je les ai en fait vécus comme des aspects « d’ambiance » sans intérêt propre.

    Alors, oui l’écriture est agréable, et par moment plutôt belle (notamment dans les descriptions du froid terrible et de ses conséquences), mais elle ne m’a pas suffi pour apprécier ce Vostok qui m’a laissée totalement indifférente. Je suis totalement passée à côté du livre  (contrairement semble-t-il à pas mal de lecteurs plutôt enthousiastes à son sujet) et je ne vous le recommande donc pas ! Mais bien entendu ceci n’est que mon humble avis.  

    Pin It

    votre commentaire
  • Les dames blanches de Pierre Bordage (Éditions l’Atalante) ; 448 pages

    Quand l'Homme est capable du pire au nom de la défense de l'Humanité ...

    Dans ce livre de science fiction, d’étranges bulles blanches sont découvertes sur Terre, un peu partout dans le monde, en petit nombre tout d’abord, puis de plus en plus nombreuses. Elles grandissent lentement, « avalant » au passage  certains des éléments du paysage, et elles attirent vers elles (sans que personne sache pourquoi) des enfants de 3ans (pas en dessous pas au dessus) qui sont les seuls à pouvoir les pénétrer sans jamais réapparaitre. Assez vite les Humains se mettent en tête de les détruire, et s’entêtent dans cette mission, quitte à décider de sacrifier les seuls qui arrivent à y entrer… 

    Pierre Bordage nous propose ici une vraie réflexion sur nos limites et notre façon d’appréhender ce que nous ne comprenons pas. Il nous fait vivre sur plusieurs dizaines d’années les réactions de plusieurs personnages, qui vont réagir de façons très différentes à cette situation : un militaire, des mères de famille, un homme profondément pacifiste, un autre convaincu du bien fondé des décisions prises au nom de la défense de l’Humanité, etc. Chacun va vivre l’arrivée de ces « dames blanches » à sa façon et agir en fonction de son ressenti et de ses valeurs. Certains vont défendre le sacrifice imposé, d’autres le combattre. Certains vont faire partie intégrante d’un système devenu fou, pris dans une course en avant  que d’autres estimeront sans aucun sens. 

    Ce récit est bien sûr une parabole cherchant à démontrer ce que l’humain est capable de faire de pire comme de meilleur ; à démontrer aussi l’effet d’entrainement d’une vision trop simpliste des choses ; à démontrer enfin qu’il n’y a pas plus mauvais conseiller que la peur de l’autre et de l’inconnu.

    Vous l’avez compris, nous ne sommes pas ici dans un roman de science fiction en format page turner plein d’actions et de rebondissement : l’écriture est agréable, même si elle manque peut-être par moment de fluidité, et  Pierre Bordage prend le temps d’installer les personnages et les actions dans la durée, ce qui se traduit par un rythme parfois plus lent, des phrases plus longues. Mais jamais on ne s’ennuie et Bordage sait créer  l’envie d’aller au bout pour enfin comprendre le pourquoi de tout cela.

    Sans en faire un coup de cœur, j’ai donc passé un excellent moment de lecture, et je vous recommande ce livre si vous aimez la science fiction réaliste, proche de nous et plausible.

    Pin It

    votre commentaire
  • Le Cercle de Dave Eggers(Éditions Gallimard), 528 pages

     

    Prison sociale ?

    lecture numérique !

     

    Avec ce roman, Dave Eggers nous fait pénétrer dans le Cercle, entreprise modèle dans laquelle tout le monde ou presque espère travailler, à la fois fournisseur d’accès internet, réseau social, créateur de logiciel,... Nous y suivons la progression de Mae, nouvelle recrue qui va s'investir dans ses missions jusqu'à y perdre son âme.

     

    Autant le dire, ce roman est effrayant. Effrayant car il est plus que réaliste,et le futur (proche) qu'il nous propose est tout à fait plausible. Un futur dans lequel petit à petit la sphère privée n'existe plus, dans lequel certains deviennent « transparents », c'est à dire que le moindre de leurs faits, de leurs gestes, de leurs paroles, doit être publique et affiché en direct, visible par qui le souhaite... et gare à ceux qui refusent cette transparence... un mot très bien trouvé d'ailleurs car finalement en devenant transparentes, les personnes disparaissent petit à petit derrière le personnage qu'elles se constituent face à tous. Et lorsqu'il n'y a plus de frontière entre vie privée et vie publique, que tout devient visible, plus aucun secret n'est possible, plus aucune discrétion n'est souhaitée, et tout devient marketing et représentation.

     

    Effrayant aussi car une entreprise parvient à connecter l'ensemble des informations dont chacun a besoin ( banque, sécurité, santé, loisirs, relations sociales, …) ; elle le fait petit à petit, en toute connaissance de cause et avec l'accord de tous ou presque, qui ne voient que des intérêts et aucun danger à ce que le Cercle dispose de toutes ces informations ; les rares qui s'insurgent et tentent de se protéger sont considérés comme des asociaux rétrogrades sans aucune reconnaissance envers une société qui ne veut que leur bien et envers des « watchers » qui ne veulent que les aimer et les aider en les suivant dans leur quotidien.

     

    Alors certes le personnage de Mae peut sembler infantile par moment, peu fouillé, comme la plupart des autres personnages d'ailleurs qui pour beaucoup manquent de finesse (excepté Annie peut-être). Certes aussi le style d'écriture est simple, très simple, avec parfois des redites et un manque de recherche dans le vocabulaire, Mais tout ceci nous permet d'entrer très vite dans le récit, d'en suivre facilement l'évolution, et de nous focaliser sur l'histoire et ce qu'elle dépeint : une évolution terrifiante qui commence un peu comme un The Truman Show pour basculer lentement vers un 1984 new age. Et c'est probablement la maîtrise de cette évolution qui est la plus belle réussite de l'auteur dans ce roman !

     

     

    Un roman que je vous recommande donc vivement car il apporte une vraie réflexion sur nos utilisations des réseaux sociaux, les risques de l'hyperconnexion, et les liens réels, profonds et indissociables entre vie privée et démocratie.

    Pin It

    votre commentaire
  • Newland  de Stephanie Janicot (Editions Albin Michel) ; 304 pages

    Convenu, prévisible, immature

    Ce roman se déroule dans un futur assez  récent, dans lequel chacun, à l’âge de 14 ans, est orienté par SOL, le dirigeant de Newland, vers l’une des 3 «castes » qui co existent : les Blancs (les intellectuels et dirigeants, seuls habilités à se reproduire), les Bleus (chargés de l’éducation des enfants) et les Noirs ( qui assurent les différents métiers manuels  et techniques).

    Newland est en fait un le descendant de l’Union Européenne, dont les habitants ont renoncé à quasiment toutes leurs liberté pour  assurer  leur sécurité ; la population  est limitée et régulée,  la plupart des habitants stérilisés ;  les couples et familles sont formés par SOL ;  sortir  et entrer dans Newland est impossible.  Marian vit dans cet environnement, quelle va petit à petit remettre en question. Voilà en gros le contexte du récit 

    Et autant le dire, j’ai été déçue par cette lecture  L’idée de départ est intéressante mais très vite on tombe dans une simplicité qui personnellement m’a vite lassée : l’univers, d’abord, m’a semblé tellement proche de celui de Divergente que cela a totalement pollué ma lecture  ; les  rebondissements ensuite m’ont paru tellement attendus que j’ai trouvé le déroulé global de l’intrigue cousu de fil blanc et sans aucune surprise ; j’ai trouvé  les  personnages  bien trop lisses, il a été impossible pour moi  de m’ attacher  à eux plus de quelques pages, et les relations entre eux sont vite devenues sans intérêt (l’histoire d’amour notamment est guimauve au possible et m’a rapidement agacée) .

     Tout est en fait m’a paru stéréotypé dans ce livre, et tellement prévisible que je n’ai  finalement eu qu’une seule envie, le terminer au plus vite pour passer à autre chose. [spoiler] Quant à cette histoire de voyage dans le temps qui intervient aux 2/3 du livre, elle est à la fois inutile, inefficace et plus négative qu’autre chose pour la cohérence du récit (j’avoue avoir souri, voire ri à la lecture de certains passages, tant Marian y fait preuve de naïveté, voire de niaiserie).[spoiler]

    Même le débat sur le bon équilibre entre préservation des libertés de chacun et besoin d’assurer la sécurité pour tous parait creux et plat alors qu’il méritait d’être au cœur du récit et bien mieux valorisé.

    Bref, j’ai eu le sentiment de lire un livre pour adolescent, avec une approche simpliste et plutôt fade de ce qu’est le totalitarisme…. je ne vous le recommande donc pas si vous recherchez des lectures plus matures! Mais bien sûr ce n’est que mon humble avis

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique