• Un coup d’œil et puis oubli …

    L’œil du tsar rouge   de Sam Eastland (éditions Anne Carrière) ; 442 pages

    Un coup d’œil et puis oubli …

    Dans ce roman il est question d’une quête, celle de Pekkala, ancien policier d’élite au seul service du Tsar Nicolas II, que le régime soviétique sort du goulag auquel il a été condamné pour lui demander de  retrouver les corps de la famille Romanov, de vérifier si tous sont morts (le tsar, son épouse, ses 3 filles et son fils) ou bien s’il est possible que des survivants aient pu s’enfuir.

    L’auteur alterne l’avancée de l’enquête en 1929 avec des chapitres dédiés à la vie de Pekkala, son enfance, sa formation, comment il a rencontré le Tsar, sa carrière jusqu’au son arrestation et sa condamnation.

    Le style est simple, l’écriture fluide, ce qui permet une lecture rapide et somme toute agréable, mais le fond du roman m’a lui franchement déçue.

    Déjà, l’enquête n’est pas particulièrement passionnante, et on a du mal à se plonger dedans vraiment. Seules certaines touches de réalisme nous sortent de l’ennui, comme la découverte de ce village fantôme au milieu de nulle part.

    Ensuite le portrait du tsar brossé par l’auteur  est tellement idéalisé qu’il agace : comment un homme présenté comme  si clairvoyant a –t-il pu ne rien voir venir de cette révolution qui allait tout emporter ? le thème mainte fois utilisé du « despote malgré lui » manque, lui,  vraiment de créativité.

    Quant au personnage de Pekkala lui-même, présenté comme particulièrement intelligent et  d’une incroyable mémoire, il m’a semblé bien fade, et pas si intéressant que cela.

    Surtout, ce que je reproche au roman, c’est la base même du récit : que Staline ait laissé en vie un des plus proches « soldats » du tsar (presque un ami), entièrement acquis à sa cause, quand on sait ce qu’il faisait de ceux qui s’écartaient d’un demi cheveu de sa perception du monde…. qu’il le fasse sortir du goulag alors que le plus humble de ses opposants y finissait sa vie … qu’il lui confie une enquête aussi  « politique » et « sensible » que cette recherche du corps des Romanov …

    En empruntant ce livre, j’attendais aussi plus d’aspérités, plus de profondeur sur la description de l’époque, sur les conséquences au quotidien de la prise de pouvoir totalitaire de Staline. Une ambiance très bien décrite par Tom Rob Smith dans ses romans et qu’on ne retrouve pas du tout ici …

    Bref, ce roman m’a déçue par sa fadeur et ses incohérences, et je ne lirai pas la suite des aventures de Pekkala, mais bien sûr ceci n'est que mon humble avis

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :