• Vous pourriez le faire un p’tit peu plus long ?

    Ils savent tout de vous   de Iain Levison (Éditions Liana Levi) ; 240 pages

    Vous pourriez le faire un p’tit peu plus long ?

    Vous pourriez le faire un p’tit peu plus long ?

    De Iain Levison j’avais lu l’excellent Arrêtez moi là il y a plusieurs années. J’avais donc une opinion très positive de l’auteur et c’est avec un plaisir a priori que  j’ai commencé la lecture de ce roman.

    Son thème ? La capacité de lire dans l’esprit des autres et ce que l’on pourrait en faire. Ici plus précisément ce que pourraient en faire un flic, un prisonnier et une agence gouvernementale. Comme par exemple résoudre un maximum d’enquêtes policières en un temps record, ou bien espionner un certain nombre (un nombre certain ?) de personnes, ou bien encore …prendre correctement soin d’un chat (je vous laisse découvrir cette scène !)

    Vous l’aurez compris on retrouve dans ce livre le mordant et l’ironie de Iain Levison, par petites touches efficaces, quand on s’y attend peu, et qui font sourire et hocher la tête  en se disant « bon sang il a osé ».

    On suit avec intérêt les tâtonnements de Snowe,  le flic, qui au début ne comprend absolument pas ce qui lui arrive, et qui apprend peu à peu à apprivoiser son don, et à l’utiliser à bon escient. Et admettez que pour un flic, il peut être très utile de démêler rapidement le vrai du faux dans ce que vous racontent vos témoins et suspects, cela permet au moins d’éviter certaines erreurs et bavures (clin d’œil appuyé à Arrêtez moi là ?).

    On se demande assez vite comment va se passer la rencontre avec Brooks Denny le taulard tueur de flic (oups …), car oui il ne peut qu’y avoir rencontre de ces 2 là, mais avec quoi ?  Incompréhension,  indifférence, haine ou coup de foudre entre télépathes qui n’ont pas besoin de parler pour se comprendre ?

    On essaie aussi d’imaginer comment l’agence gouvernementale qui recherche et identifie ces télépathes va gérer cette rencontre et va l’utiliser.

    Les 150/200 premières pages fonctionnent donc plutôt bien. Et puis d’un coup, on se rend compte qu’on arrive quasiment au terme du roman et qu’il manque tout de même pas mal de choses : plus d’explications, plus d’échanges entre les personnages, plus de recherche et de développement dans l’histoire tout simplement. Car disons-le, on reste tout de même largement sur sa faim, en tout cas, moi je suis restée sur ma faim, avec un très grand sentiment d’inachevé, de « pas assez » (vous savez, comme dans la fameuse pub sur ces gâteaux chocolatés « dites monsieur Cadbury, vous n’auriez pas pu les faire un p’tit peu plus longs»…). Le thème est excellent, les personnages intéressants, le sujet prenant et ils auraient largement  mérité une centaine de pages de plus, au moins, afin d’enrichir le récit.

    Bref, un roman qui aurait vraiment pu être bon s’il avait proposé plus que ces 240 pages bien frustrantes…

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :