• Mes auteurs chouchou  

    Bonjour à tous !

    La plupart des lecteurs ont un ou quelques auteurs « chouchou », celui ou ceux dont ils ne rateront aucun livre, et qui les fera se précipiter  sur le « p’tit dernier » à peine sortie de l’imprimerie ou proposé à la médiathèque.

    Et bien sûr, même si  ma curiosité m’amène à lire beaucoup de genres différents, et donc des écrivains très variés, moi aussi j’ai mes chouchous …ceux qui me font vérifier régulièrement les prochaines sorties de leurs maisons d’édition, suivre leur page FB,  et aller chez mon libraire  préféré (ou ma médiathèque !) récupérer LE nouveau, tout beau tout chaud.

    Les voici donc, mes préférés à moi de moi, ceux que je défends bec et ongles, avec parfois une petite pointe de mauvaise foi si jamais leur dernier roman est un chouia moins bon. Il n’y a pas vraiment d’ordre entre eux, je les aime tous autant l’un que l’autre ! Et bien sûr cette liste est évolutive : je n’aurais pas fait totalement  la même il y a 10 ans  et je ne ferai peut-être pas totalement la même dans 10 ans !

     

    Quand on aime ....

    Fred Vargas !  Honneur aux femmes ! J’adore sa plume unique, la façon qu’elle a de prendre les mots pour créer de nouvelles expressions qui ne sont qu’à elle et ses personnages. Ses personnages justement, font eux aussi beaucoup dans son succès, les principaux (Adamsberg !) comme les secondaires. Les récits qu’elle propose sont par ailleurs étranges, les enquêtes tarabiscotées ; elles nous emmènent souvent bien loin du postulat de départ (un meurtre un peu étonnant le plus souvent !), pour mieux nous trimbaler, avant de nous ramener à l’essentiel : qui est le coupable. Du mélange parfait de tout cela se dégage une vraie forme de poésie, une poésie toute en prose, reconnaissable parmi 1000 autres auteurs. J’aime aussi la rareté, la pudeur et la discrétion de l’auteure, loin des grands barnum litterairo-commerciaux et des opérations de promotion médiatique, qui font vendre des livres comme du jambon, entre le rayon fromage et le rayon produits frais ; une rareté   qui nous fait dire que quelque part un Vargas se mérite !

     

    Quand on aime ....

    Victor Del Arbol !  Alors là pour moi c’est simple, c’est clair, c’est net : son Toutes les vagues de l’océan est ce que je connais de mieux en terme de policier ! Et sa  tristesse du Samouraï est superbe. Del Arbol  n’est pas qu’un auteur de policier, c’est un grand écrivain à part entière. Ses romans nous parlent  de vie et de morts, d’amour et de haine. Ses récits nous permettent de revivre l’Histoire de l’Europe au XXème siècle, faite de violence, d’idéologies jusqu’auboutistes, de guerres ouvertes ou cachées. Son style d’écriture est parfait à mon gout : netteté et précision du vocabulaire, pas de redondances, pas de redites. L’auteur (rencontré lors d’une Comédie du livre) est très agréable, il semble encore très surpris du succès de ses romans un peu partout en Europe et notamment en France. Il vit cela avec beaucoup d’humilité et reste très accessible, malgré plusieurs prix remportés et l’unanimité à son sujet des spécialistes de littérature policière.

     

     

    Quand on aime ....

    Oscar Wilde ! Et oui, dans ma liste de chouchou il y a un auteur classique ! Quoique, peut-on dire qu’il y ait quoi que ce soit de classique chez Oscar Wilde ? Cet homme osait tout, ou presque, à une époque où il était de bon ton de vivre discrètement, de penser conformiste, et de garder ses pensées et vraies envie profondément enfouies. Lui préférait la flamboyance, l’arrogance, le verbe et la plume libre. Il était pétri de talent, et de contradictions, capable de faire rire aux larmes (son Fantôme de Canterville est un roman bourré d’humour) ou de faire pleurer avec juste quelques mots (La ballade de la geôle de Reading est d’une beauté brute, pleine de douleur). Un géant de la littérature qui finira seul et misérable.

     

    Quand on aime ....

    Jean Marcel Erre !   À chacun de ses romans, je me dis la même chose : ce type est fou… ou génial …en tout cas le genre de folie ou de génie que moi j’aime : frapadingue… Dans un roman l’auteur démolit le concept d’enquête policière (Le mystère Sherlock). Dans un autre il s’en prend aux thèmes de la science-fiction (Le Grand n’importe quoi). Dans tous, ses histoires sont totalement abracadabrantesques, ses personnages tellement stupides ou naïfs qu’on se dit qu’ils ne peuvent que le faire exprès, et le déroulé tellement déjanté qu’on se dit que non, il ne va pas écrire ça, et puis si, il l’a écrit !  La maitrise du vocabulaire est totale et l’auteur joue des mots et avec les mots, ceci avec une inventivité et une facilité étonnantes (et détonantes !). Je crois avoir rarement autant ri qu’avec ses livres, à tel point qu’aujourd’hui je sais que je ne dois surtout pas lire JM Erre autrement que toute seule : je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû paraitre très étrange aux personnes autour de moi, du fait de fou-rires irrépréhensibles durant ma lecture. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de le lui « reprocher » lors d’une rencontre à la Comédie du livre ! J’avoue : là j’ai fait ma groupie, (mais je n’étais pas seule, 2 copines que j’avais converties au style JM Erre m’avait suivie), et papoté un long moment avec lui, car non seulement il écrit bien, mais en plus il est très abordable et prêt à passer du temps avec ses lecteurs !

     

    Quand on aime ....

    Nele Neuhaus ! Encore une auteure de policier ; et encore les éditions Actes Sud/actes noirs … j’aime beaucoup ce qu’elle nous propose : des enquêtes de facture classique, basées sur des faits de société ( la dernière sur le don d’organes) ; un duo de policiers  dont on suit l’évolution au fil des romans ; des récits cohérents, avec ce qu’il faut de rebondissements et de fausses pistes sans tomber dans le piège du « page turner à tout prix » ; une qualité d’écriture certaine, qui fait qu’on ne s’ennuie jamais ( la qualité de la traduction y est peut-être aussi pour quelque chose). Bref, Nele Neuhaus ne révolutionne pas le genre, mais elle le maitrise, et très bien.

     

    Quand on aime ....

    Douglas Preston et Lincoln Child ! Là, rien à voir avec les précédents… on est typiquement dans du page turner, efficace, prenant, rondement mené. Ces deux auteurs ont réussi à créer des personnages emblématiques dont je ne rate aucune aventure (Pendergast !!!). Alors certes, certains des romans souffrent d’un niveau de qualité moindre, avec une intrigue parfois tirée par les cheveux ; certes nous ne sommes pas dans de la grande littérature.  Il n’en demeure pas moins que globalement la saga Pendergast est très cohérente, toujours prenante, sans temps mort. C’est agréable à lire et remplit parfaitement son rôle : détendre, divertir, embarquer, faire oublier tout le reste durant quelques heures. Et ce depuis des années.

    Quand on aime ....

     

    Amin Maalouf ! Même si j’ai eu du mal à apprécier ses derniers romans, il n’en demeure pas moins parmi mes préférés. Pourquoi ? Tout simplement parce que plusieurs de ses romans sont de petits bijoux ! Léon l’africain est magique, Samarcande envoutant… j’aime son style d’écriture, celui d’un vrai conteur qui nous fait voyager dans l’Histoire et dans cet Orient rêvé, bien loin des horreurs actuelles. 

     

    Voilà, vous connaissez maintenant mes chouchous ! Cette liste est totalement partiale, non objective, et probablement incompréhensible pour pas mal d’entre vous. Mais n’est-ce pas le principe du chouchou ?

    Pin It

    votre commentaire
  • Mes lectures de janvier

     

    Bilan de janvier : de belles découvertes

    9 livres lus en janvier, piochés parmi ma MAL ou empruntés en médiathèque, tous en format papier.

    Comme d’hab’ très éclectique ! Ça manque juste un peu de SF …

     

    Le loup peint de Jacques Saussey   (480 pages) : sorti de ma MAL 

    Bilan de janvier : de belles découvertes

     

    Ma note : 4/5 smile

    Ambiance : arf

    Pour : amateurs de page turner

    Je ne connaissais pas cet auteur, conseillé par de nombreux lecteurs membres du groupe FB Mordus de thriller. J’ai donc tenté ce livre ci, un one shot qui se déroule dans l’univers des vétérinaires. Une bonne dose de folie (avec un personnage féminin bien tordu), de noirceur, de violence. Pas forcément super innovant, mais très efficace, avec un rythme prenant et un récit maitrisé de bout en bout. Un très bon page turner donc, qui m’a donné envie de continuer ma découverte de l’univers de Jacques Saussey  (fff trop de livres à lire et pas assez de temps !)

      

    Les crayons de couleur de jean Gabriel Causse (320 pages) : sorti de ma MAL …

    Bilan de janvier : de belles découvertes

    Ma note : 3/5 ^^

    Ambiance : sarcastic

    Pour : amateurs de livres feel good avec un peu de fond sociologique

    J’ai entendu parlé de ce roman lors d’une émission radio , qui m’a donnée envie de le lire …je m’attendais à mieux : c’est agréable à lire, tout doux, sans réelle surprise, avec des personnages manquant un peu d’intérêt pour moi …mais le sujet de la place des couleurs dans nos vies et nos cultures, ainsi que leur impact sur nos comportements, est très intéressant et a titillé ma curiosité.

     

     

    The revolution of Ivy de Amy Enger  (322 pages) : emprunté en médiathèque …

    Bilan de janvier : de belles découvertes

    Ma note : 2,5/5

    Ambiance : kiss

    Pour : tous lecteurs

    Le second tome de “the book of Ivy”, une dystopie Young Adult post apocalyptique (encore une …) . Le premier tome  était bien plus réussi à mon gout car parlant de sujets sociétaux (notamment la place des femmes et la préservation de la démocratie même en situation de crise extrême). Ce tome ci est plus basique, un survivor sans grande surprise. L’histoire reste toutefois plutôt cohérente,  facile et agréable à lire.  

     

    Changez l’école de Ken Robinson (453 pages) : emprunté en médiathèque

    Bilan de janvier : de belles découvertes

    Ma note : 4,5/5 yes

    Ambiance :shocked

    Pour : ceux qui s’intéressent aux  sujets sociétaux

    un essai qui pose de nombreuses questions sur la manière dont les états occidentaux traitent le sujet de l’éducation et de l’apprentissage des enfants. Beaucoup d’exemples d’établissements qui, en sortant des sentiers battus et bien trop rigides préconisés, arrivent à trouver des solutions qui fonctionnent, intéressent les enfants et leur offrent de vraies perspectives d’avenir ambitieuses et réalistes. Dans des sociétés où tout ou presque est individualisable et personnalisable, qu’attendons-nous pour personnaliser l’éducation et l’apprentissage !

     

    L’emprise  de Marc Dugain (320 pages) : sorti de ma MAL…

    Bilan de janvier : de belles découvertes

    Ma note : 2,5/5 ouch

    Ambiance : arf

    Pour : fans de l'auteur ou amateurs de romans politiques

     

    Un roman dans l’univers impitoyable de la politique, qui voit se croiser candidats aux élections présidentielles, second couteaux rêvant « d’être calife à la place du calife », espions en tous genres, militaires, cadres dirigeants d’entreprises et syndicalistes. Tout ce petit monde se côtoie, s’épaule, se trahit, se déteste et se rabiboche à qui mieux mieux. But ultime : le pouvoir. J’ai eu du mal à entrer dans ce roman, me suis même ennuyée par moment, probablement parce que nous sortons d’une année électorale folle, qui est allée bien au-delà de ce que l’auteur nous décrit.  

     

     

     Cessons d’être des valises de Sylvie De la Forest, 162 pages

     Les putes voilées n'iront jamais au paradis  de Chahdortt Djavan  216 pages

    Grossir le ciel Franck Bouysse  , 240 pages

    Le reste de leur vie  de Jean Paul Didierlaurent 256 pages

     

    Un mois de lecture globalement très sympa donc, avec quelques très belles découvertes, des livres forts et percutants, et des auteurs à suivre.

    Pin It

    votre commentaire
  • Le reste de leur vie, de Jean Paul Didierlaurent (éditions Folio poche), 256 pages

    tout doux, sucré, et tendre...

     Ma note perso : 3,5/5 smile

    Ambiance : sarcastic

    Pour : ceux qui cherchent un livre feel good

     

    Après Le liseur du 6H27, un de mes énormes coups de cœur, que je conseille à tout le monde ou presque, voici donc un autre roman de Jean Paul Didierlaurent, qui fait se rencontrer Manelle et Ambroise.

    Manelle est aide à domicile pour personnes âgées, et Ambroise thanatopracteur. Tous deux mènent une vie simple, au service des autres (vivants ou morts). Un choix peu compris –voire mal accepté – par leurs familles, mais qu’eux assument avec bonheur et une certaine forme de sérénité. Samuel, un vieillard mort et vivant (lisez et vous comprendrez !)  va être le lien entre eux, celui grâce auquel ils vont se rencontrer.

    Avec cette histoire, on retrouve la pâte de l’auteur. Une façon toute particulière de raconter des personnages qui eux n’ont rien de très particulier, si ce n’est qu’ils vivent dans des milieux étonnants, voire dérangeants et mésestimés.

    Parler de la mort est en effet assez commun, des pratiques de thanatopraxie plus étrange et déroutant. L’auteur le fait, avec un mélange étonnant de  douceur et de précision ; jamais  il n’édulcore les gestes mais il en parle tranquillement, avec autant de respect que celui avec lequel Ambroise traite le corps de ses clients.

    Ecrire sur  les personnes âgées, leur sort, leur comportement est tout aussi commun. Mais là, c’est conté avec humour, Jean Paul Didierlaurent nous présentant une brochette de papis et mamies plus drôles et touchants les uns que les autres (à l’exception d’un seul, aigri et mesquin, qui tente de piéger Manelle depuis des mois, sur le mode du « je l’aurai un jour, je l’aurai »).

    De manière plus générale, parler de fin de vie sans faire polémique, présenter le sujet sans faire larmoyer ni tomber dans le pathos n’est pas simple. Et l’auteur réussit à le faire à sa façon à lui, douce et tendre (certains pourraient dire mièvre, mais je ne suis pas d’accord), tout en délicatesse.

    Bien sûr la fin est téléphonée, l’histoire d’amour attendue et sans surprise. Mais tout est juste, bien trouvé, à la fois touchant et drôle.

    Alors ce roman n’est à mon gout pas au niveau de son génial Liseur... (au fait, vous ai-je dis que j’ADORE son Liseur… ?). Simplement il se laisse lire très facilement, vous fait passer un très bon moment et vous laisse un gout très agréable, comme ces bonbons parfaitement dosés (sucrés et moelleux juste comme il faut).

    Pin It

    votre commentaire
  • Les putes voilées n’iront jamais au paradis, de Chahdortt Djavann (éditions le Livre de Poche), 216 pages

     

    Ma note : 4/5    yes

    Ambiance du livre  aww

    Pour : public un peu averti (vocabulaire crû, scènes violentes)

     

     

    Dès le titre on sait que dans ce court roman les mots de seront ni mâchés, ni édulcorés, et que l’auteure ne sera ni politiquement correcte, ni diplomatiquement policée.

    Et effectivement, très très vite, on se retrouve enseveli  sous la violence des mots et des actes, la brutalité des termes et des coups. De la première à la dernière page il n’est question que de cela : au mieux indifférence et irrespect, au pire, haine, mépris, viols, moqueries, meurtres. Chahdortt Djavann nous emmène en Iran, un Iran  rétrograde, sale et kafkaïen, qui maltraite ses filles et ses femmes en faisant d’elles des sous-citoyennes de peu de valeurs.

    Car derrière la vie de ces prostituées payées, huées et assassinées, c’est bien de l’image de la femme dont il est réellement question dans ce livre.  Vues des Iraniens (notamment des mollahs, ces religieux qui régentent tout et tout le monde, mais pas que), une femme n’est rien, ou pas grand-chose.

    Ou plutôt si… Ce sont des possessions (comme un tapis, un vase ou un paquet de cigarette), vendables et échangeables, jusqu’à ce qu’on ne puisse faire qu’une seule chose : les jeter (au sens propre !)  Car trop souvent  « utilisées ». Le père possède la fille, le mari possède la femme, le proxénète la prostituée et l’État le droit de vie et surtout de mort …

    Dans ce pays, être belle est un malheur car la beauté, même cachée sous un voile, finit par se repérer, et alors on peut vite être vendue par un père qui veut éloigner tout risque de déshonneur  (attirer le regard des hommes est une honte dont une gamine de 9 ans, 10 ans, 12 ans, est forcément la seule responsable), tout en espérant une bonne rétribution. Etre laide, ou jusque quelconque,  est aussi un terrible malheur, car alors (même voilée) aucun homme ne veut vraiment de vous et pour survivre,  le seul  choix qui reste, c’est la prostitution.

     Dans ce pays tel que décrit par l’auteure, le  rapport au sexe -et avant cela la vision des relations  entre hommes et femmes- posent de terribles questions. La notion de viol n’existe pas, celle de pédophilie semble floue (marier une fillette de 10 ans semble anodin), quant à parler de plaisir…

    Une question se pose toutefois à la lecture : tous les Iraniens sont-ils des monstres ? Toutes les Iraniennes des victimes ? Car dans ce roman, tous les hommes sans exception sont décrits comme frustres et frustrés, les femmes « bien » (comprenez celles qui se taisent et courbent le dos) comme aigries et jalouses ; quant aux mollahs, ils profitent du système en leur faveur, en faisant preuve d’une hypocrisie sans nom. Mais est-vraiment le cas ? Ou bien un trait forcé pour nous permettre de comprendre une réalité qui nous semble à nous, occidentaux, impossible et impensable ?

    Quelle que soit la réponse, le roman est un coup de poing et un hurlement adressé à ceux qui le lisent, un roman à lire d’urgence si vous avez le cœur bien accroché, et à fuir si vous craignez le langage crû et la description d’actes parfois très violents.

    Pin It

    votre commentaire
  • Grossir le ciel,  de Franck Bouysse (éditions le Livre de Poche), 240 pages

    Sombre, noir et envoutant

     

    Ma note perso : 5/5  !! cool

    Ambiance : erf

    Pour : amateurs de romans noirs

     

    Ce roman avait tout pour me déplaire : court, lent, avec peu de personnages, se déroulant en milieu rural. Et pourtant …

    Et pourtant  il a suffi de quelques pages pour que je me retrouve embarquée dans l’histoire de ce paysan isolé dans les Cévennes, vivant chichement de sa ferme. Un paysan solitaire qui ne s’intéresse qu’à ses terres, ses animaux, qui n’a de lien avec personne excepté son voisin (un autre paysan solitaire comme lui, taciturne comme lui, juste un peu plus âgé), et son chien (qu’il semble aimer bien plus que la plupart des humains) . Un paysan qui connait par cœur les moindres bruits et traces de son coin de montagne, et qui un jour va être surpris, par un bruit différent, des traces qui sortent de l'ordinaire. Ces petites choses vont titiller sa curiosité et le faire sortir d'un quotidien bien organisé, plutôt terne, mais qui jusqu’ici semblait lui convenir.

    Voici le point de départ d’un récit, qui, comme un puzzle dont les pièces s’assemblent lentement pour former une image précise, va petit à petit dévoiler les non-dits, faire revenir en surface les souvenirs plus ou moins enfouis. Ce puzzle va nous dévoiler des vies durant lesquelles la violence côtoie le silence, et le sordide les plus beaux des sentiments. Et tout comme ces puzzles que nous assemblons sans disposer du modèle, à l’aveugle, c’est seulement avec les toutes dernières pièces, les toutes dernières pages, que nous pourrons découvrir l’image finale, comprendre l’histoire dans sa totalité.

    Derrière la brutalité des faits décrits, ce roman se révèle finalement d’une incroyable finesse. Il laisse lentement apparaitre les différents éléments qui constituent sa trame, sans changement de rythme, sans accélération ni réels rebondissements, mais par touches successives, détails après détails. Nous sommes vraiment très loin d’un page turner, et pourtant il réussit à accrocher et vous emmener avec lui, car vous tenez à comprendre le pourquoi du comment, les tenants et aboutissants de tout ceci. Comme Gus, vous allez vous interroger, piétiner, faire du sur place, croire que… , et ce jusqu’au dénouement.

     La plume de l’auteur apporte aussi beaucoup. Elle est très particulière, assez unique, maniant les mots avec une justesse étonnante. Les expressions et tournures de phrases, qui paraissent de prime abord particulièrement bruts et sans fards, sont en fait choisies avec soin pour nous décrire les relations entre les personnages, et bien nous faire comprendre la vision qu’ils ont du monde et de leur vie. Une plume à part, qui peut déranger, déstabiliser, repousser ou vous prendre au piège de son étrangeté, ce qui fut mon cas.

    Vous l’avez compris, j’ai adoré ce roman sombre et sobre, que je vous recommande donc vivement !

     

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires