• Patients de Grand Corps Malade  (Éditions Don Quichotte) ; 168 pages

    Drôle, touchant, réaliste, nécessaire

    Avec Patients, nous entrons au sein d’un centre de rééducation pour handicapés et grands brûlés, dans lequel Fabien,  tétraplégique « incomplet », va nous faire vivre avec lui durant de longs mois.

    Nous allons y croiser de nombreux personnages, parfois de loin, parfois de plus près. Soignants,  malades, familles, se côtoient et vivent côte à côte, à la fois très proches et très éloignés les uns des autres. Très proches dans les gestes du quotidien, avec un promiscuité qui dérange et qui choque, car bien pire qu’en prison par moment. Très éloignés car les malades n’ont quasiment aucune relation physique : se serrer la main, s’épauler, s’entraider physiquement est impossible pour presque tous.

    Les amitiés réelles semblent rares, ou éphémères,  dans ses lieux ou les relations physiques et les rapprochements se limitent la plupart du temps à des actes techniques.  Les patients se croisent beaucoup, se connaissant finalement assez peu. Et puis comment créer du lien et du liant quand du contact réel il n’y en a pas, ou si peu ? Mais finalement, petit à petit,  Fabien va réussir à en tisser, des liens, car de totalement invalide, il va lentement mais surement progresser : bouger une infime partie de son corps, puis un peu plus, et un peu plus encore … et au même rythme il va nous faire découvrir ses compagnons, non pas de cellule (quoique parfois on pourrait se demander), mais de chambre, de couloir, de soin, de galère aussi. Il va nous raconter la hiérarchie inavouable (tétraplégiques, paraplégiques, traumatisés cérébraux, grands brûlés, …), les comportements intolérables (« il est à qui ce tétra » ?), les quasi abandons par certaines familles inexistantes.

    Mais tout cela il va le faire sans aucun pathos, aucune pitié. Ses armes : humour, détachement, réalisme (qui pourrait passer pour du cynisme par moment). Un humour décapant, qui heurte autant qu’il fait rire (la blague du chauffeur de bus est terrible). Un détachement qui permet  de raconter avec naturel les moments les plus difficiles et déshumanisant (le passage aux toilettes).  Un réalisme qui nous fait découvrir certains aspects de la vie des handicapés dont personne ne parle jamais ou presque (les escarres et leurs conséquences…).

    Grand Corps malade possède une vraie plume, ça on le savait déjà. Mais il est aussi un vrai écrivain et pas juste un auteur compositeur ;  un écrivain capable d’aller au-delà de 3 à 4 strophes pour nous proposer un vrai roman au style maitrisé de la première à la dernière ligne, dépouillé, simple, net et précis. Un roman touchant et nécessaire.

    Pin It

    votre commentaire
  • Chanson douce  de Leila Slimani   (Éditions Gallimard) ; 240 pages

    Comme un manque d'émotion

    Leila Slimani nous raconte dans ce roman l’horrible histoire d’un double meurtre d’enfants, dont on connait la responsable dès les premières pages. Le but du récit n’est donc pas de découvrir qui a tué, mais ce qui a mené au meurtre. Elle va donc nous faire entrer dans la tête et la vie des protagonistes: les parents, la nounou, mais aussi les personnes tierces, par petites touches qui viennent interrompre le fil par leurs témoignages.

    J’ai beaucoup apprécié l’écriture et le style, précis, fluides, qui rendent la lecture très agréable. Les personnages sont eux aussi bien décrits et expressifs, on a aucun mal à les imaginer, voire à se les représenter physiquement, circulant dans cet appartement, échangeant entre eux, jouant avec les enfants. Et pourtant, malgré tout cela, il m’a manqué quelque chose, sans que je sache clairement définir quoi.

    Peut-être ai-je trouvé ces mêmes personnages un brin stéréotypés : le père avec ses contradictions entre son côté « gauche bohème », sa vision du salarié modèle et du couple modèle dont la femme doit quand même un peu rester à sa place ; la mère qui du jour au lendemain repasse de mère au foyer qui se laisse aller (cheveux sales et vêtements informes, hum !) à working girl qui aligne les heures et les dossiers comme tout bon avocat qui se respecte, mais qui en même temps s’en veut de si peu voir ses enfants (ah l’éternel dilemme des mamans …) ; la nounou silencieuse, modeste, invisible et parfaite, véritable Mary Poppins moderne, mais dont la magie va se révéler bien noire.

    Peut-être n’ai-je pas compris ce qui a été finalement l’acte déclencheur, qu’il n’y a pas à mon sens pas eu de vraie progression dans la psyché de Louise, en tout cas pas quelque chose de suffisamment expliqué. La tension se crée, selon moi,  parce que dès le début on connait la fin de l’histoire, et que voyant que l’on approche des dernières pages, on sait que le pire va se produire. Ce n’est pas le récit en lui-même qui génère cette tension, c’est le choix de structure que l’auteure nous propose, un choix affirmé et intéressant, mais qu’elle aurait pu accentuer plus encore en nous proposant une vraie évolution de Louise vers l’horreur.

    Surtout, je ne me suis pas sentie embarquée, j’ai lu cette histoire de façon très détachée, sans être émue, touchée, dérangée. Et ça je suis dans l’impossibilité de dire précisément pourquoi, mais c’est un constat que je fais : malgré ses qualités, je n’ai rien ressenti de particulier avec cette Chanson douce, et je ne vous la recommanderai donc pas ! Mais bien sûr ce n’est que mon humble avis !

    Pin It

    2 commentaires
  • En attendant Bojangles  de Olivier Bourdeaut  (Éditions Finitude) ; 160 pages

    magnifique roman d'amour et de folie

    C’est avec un mélange de curiosité et de recul que j’ai emprunté et débuté la lecture de ce petit roman dont tout le monde parle depuis sa sortie. Curiosité car la plupart des avis de lecteurs et critiques professionnelles sont excellents, recul car je me méfie toujours de cet emballement, n’ayant pas forcément les mêmes gouts que la majorité.

    Là j’ai très vite été embarquée dans cette histoire complètement folle d’amour complètement fou, vécue et racontée par un enfant. Une histoire faite de fêtes, de danses, d’alcool, de recherche d’absolue liberté, y compris celle de choisir son prénom et d’en changer aussi souvent (voire plus !) que de chemise…Une histoire qui tourne parfois à l’orage aussi avec des démons qui se réveillent et transforment une mère d’habitude lumineuse, la malmènent, l’enferment -au propre comme au figuré- dans une chambre ou une camisole chimique.

    Surtout j’ai été totalement emballée par le style et la plume de l’auteur, qui manie les mots, les phrases, les tournures comme je l’ai rarement vu. Le vocabulaire et les expressions sont à la fois enfantines et terriblement adultes, poétiques et recherchées, innovantes et désuètes, drôles et profondément tristes. On sait et on sent bien que c’est un enfant qui s’exprime, avec ce mélange si particulier de naïveté et de sérieux que seul un enfant possède. Un vrai tour de force donc que cette écriture d’adulte qui se met au service de son personnage principal si peu adulte encore, même s’il parait parfois bien plus mature que ses parents.

    Vous l’avez compris je suis littéralement tombée sous le charme, non pas tant de l’histoire que nous a proposé Olivier Bourdeaut, somme toute assez basique, mais de sa maitrise incroyable des mots et de la langue français. Sous le charme aussi du parti pris de la raconter telle que vécue par ce 3eme personnage, cet enfant qui semble parfois bien solitaire, bien perdu, comme un élément en trop pour ce couple fusionnel et centré uniquement sur elle, si solaire, si présente, si envahissante parfois. Un enfant qui un jour aussi,  va découvrir les cahiers laissés par son père et qui comprendra un peu mieux ce que celui-ci a fait pour préserver le bonheur de celle qu’il aimait par-dessus tout et par-dessus tout le monde.

     Je vous recommande donc vivement ce Bojangles tourbillonnant, romantique et réellement magique.

    Pin It

    2 commentaires
  • Voici venir les rêveurs de Imbolo Mbue (Éditions Belfond) ; 300 pages

    Voici venir un très beau roman !

    Lecture numérique !

    Merci à Netgalley et aux éditions Belfond de m’avoir offert l’opportunité de découvrir ce magnifique roman.

    Ici il est question de Jende et de Neni, 2 Camerounais venus à New York, portés par leur rêve d’Amérique. Jende est arrivé le premier, et après 3 années passées à économiser , il est enfin rejoint par sa femme et leur fils. Il tient par-dessus tout à sortir celui-ci d’un Cameroun qu’il estime sans avenir, pour lui offrir une nouvelle vie dans le pays où tout serait possible. Tous deux vont nous faire vivre leur tentative d’adaptation à une culture et un mode de vie qui leur est totalement étranger.

    Leur cheminement va notamment se nourrir de leurs rencontres, et surtout celle de la famille Edwards,   dont le père Clark est l’un des riches cadres dirigeants de Lehman Brothers. En les côtoyant,  Jende et Neni vont être amenés à découvrir peu à peu certaines des   lézardes et des fêlures de « l’american way of life » : Clarke est rongé par les doutes, Cindy sa femme (l’archétype de la « desperate housewife «) par l’ennui, Mighty leur fils cadet par le manque d’affection, le fils ainé par l’envie de fuir.  

    Tellement de thèmes se croisent et s’entrechoquent dans ce roman qu’il est impossible de parler de tous sans y passer des heures ni dévoiler certains aspects de l’histoire : choc de cultures, émancipation des femmes, éducation des enfants, business de  l’immigration et de la green card, …

    Tous ces sujets sont traités avec beaucoup d’intelligence, sans jamais apporter de réponse ni de solution toute faite, mais en cachant leur complexité derrière un récit maitrisé de bout en bout  et dans lequel ils s’intègrent parfaitement. Un récit  qui nous permet de suivre avec  énormément de plaisir le cheminement des 2 personnages centraux, leurs questionnements, leurs surprises, leurs incompréhensions, leur transformation aussi. Leurs relations de couple par exemple vont être fortement impactées, Jende et Neni n’évoluant pas de façon synchrone sur les mêmes sujets (la place et le rôle de la femme au sein de la famille et de la société par exemple).

    Les portraits brossés (des personnages, de l’Amérique, du Cameroun) le sont systématiquement en demi teinte, jamais manichéens.  Jamais l’auteure ne dit qui a raison et qui a tort dans les choix que chacun sera amené à faire. Elle nous apporte simplement sa vision de 2 mondes qui se percutent, de rêves et d’illusions qui affrontent une réalité moins belle que prévue mais peut-être aussi plus riche.

    L’écriture  est particulièrement agréable, les mots ciselés et précis pour mieux nous faire partager des moments difficiles, d’autres drôles,  mais toujours avec beaucoup de pudeur et de sensibilité.  J’ai particulièrement apprécié à la fois la richesse et la fluidité du style de Imbloo Mbue, dont c’est le premier livre.

    Ce roman,  qui la base ne rentre pas forcément dans ce que j’ai l’habitude de lire régulièrement,  m’a embarquée de la première à la dernière ligne, il m’a faite sourire, rire, imaginer (la cuisine camerounaise notamment !) , réfléchir, et je vous le recommande vivement ! Un vrai coup de cœur !

    Pin It

    votre commentaire
  • Ahlam  de Marc Trevidic (Éditions JC Lattès) ; 324 pages

    Monstrueux et Magnifique ….

    En nous contant l’histoire de Paul, de Farhat, d’Ahlam et d’Issam, Marc Trevidic nous plonge dans un sujet que l’ancien juge anti terroriste connait très bien : comment une personne peut en arriver à se transformer en un assassin froid et détaché au nom d’une religion qu’elle maitrise à peine. Mais il nous parle aussi d’art, d’amour, et d’amitié profonde, ce qui fait de son roman à la fois une source d’ombre et de lumière, de peur absolue et de grand espoir.

    L’histoire est belle, riche, puissante, et on sent parfaitement la maitrise du sujet de fond, cette glissade lente, progressive mais inéluctable d’Issam vers la noirceur et le pire. On le voit petit à petit s’enfoncer, se perdre, sans que personne ne puisse y faire quoi que ce soit. On comprend mieux qu’avec un reportage comment quelqu’un de plutôt intelligent, élevé dans une famille aimante et douce, peut malgré tout finir enrôlé dans un groupe qui prêche la violence et le fanatisme : les recruteurs salafistes savent parfaitement détecter les failles (même minimes) et besoins de chacun, et appuyer dessus, en apportant des solutions qui semblent simples et cohérentes. Le phénomène de motivation de groupe est bien présent aussi, utilisé par touche ou comme un argument fort (pour ceux qui se sentent isolés).

    Marc Trevidic laisse en même temps   la place à l’espoir, avec le personnage d’Ahlam, lumineuse, énergique,  moderne, qui croit en un futur pour son pays et pour les femmes. Farhat aussi représente une forme d’optimisme : à la fois respectueux de certaines traditions et curieux de nouveautés et d’ouverture, il est quelque part le personnage fort et le plus attachant du livre. Il va offrir son amitié et son soutien à Paul, essayer de comprendre leurs différences, les accepter,  sans jamais juger, sans presque jamais critiquer.

    L’écriture elle, est très plaisante, riche, le vocabulaire pédagogique et relevé sans être pédant. Le style est fluide et vraiment très agréable.

    Vous l’avez compris, ce livre m’a plu, énormément. Le seul petit bémol que j’apporterai  concerne l’histoire d’amour, trop attendue, qui peut par moment venir gâcher le récit. Mais malgré cela, je vous conseiller vivement sa lecture, pour comprendre, pour réfléchir, et pour voyager aussi, dans cette Tunisie tellement fragile et courageuse

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique